Dossier : Grippe, de la banale infection à la pandémie. FRM#136

Dossier sur les grippes paru dans Recherche & Santé n°136
La revue de la Fondation pour la Recherche Médicale – octobre 2013

136couv

EXTRAIT :

Chaque hiver la grippe fait parler d’elle. Sera t’elle sévère ? Faut-il vraiment se faire vacciner ? Certaines années, comme en 2009, les questions se font plus angoissantes : le risque de pandémie est-il réel ? Combien de morts va t’il y avoir ? En réalité il n’y a pas une grippe mais des grippes. « La grippe est une maladie infectieuse respiratoire aiguë très contagieuse due à des virus influenza A, B ou C, explique le Pr Sylvie van der Werf, chercheuse à l’Institut Pasteur et responsable du Centre National de Référence des virus influenzae. Ces virus sont très variés : Les virus de type A et B sont responsables des épidémies de grippe saisonnières alors que les virus de type C sont plus rares. Les virus de type A, sont également présents chez les oiseaux et certains mammifères à partir desquels ils peuvent infecter l’homme et même provoquer des pandémies*. »

Des virus imprévisibles

Si les virus de type A sont les plus redoutés, c’est parce qu’ils traversent les barrières des espèces. Il existe un grand nombre de sous-types, que l’on distingue d’après les deux protéines présentes à la surface des virus : on connaît actuellement chez les oiseaux aquatiques 16 hémagglutinines (H) différentes et 9 neuraminidases (N), soit 144 sous-types théoriquement possibles. Si la fameuse pandémie de 2009 était due à un virus H1N1, quelques années plus tôt c’était H5N1 qui avait fait parler de lui en Asie et aujourd’hui c’est H7N9 en Chine qui retient notre attention. Enfin, comme l’explique le Pr van der Werf, « deux sous-types identiques peuvent ne pas avoir les mêmes pouvoirs de pathogénicité* et de contagiosité*, on parle alors de souches virales ». Ces deux caractéristiques sont cruciales pour les médecins.

Si les virus peuvent être si différents, c’est qu’ils évoluent très rapidement. D’abord « ces virus ont un génome qui mutent beaucoup car il est composé d’ARN, et non d’ADN ; d’autre part ce génome est découpé en 8 segments. Lorsque deux virus se croisent, ils sont capables d’échanger des segments d’ARN, un phénomène appelé réassortiment », résume le Pr van der Werf. Grâce à ces deux mécanismes génétiques, mutations et réassortiments, les virus acquièrent très rapidement de nouvelles propriétés, et trompent facilement notre système immunitaire.

Épidémie saisonnière et pandémie

Le nombre de personnes touchées par la grippe varie beaucoup d’une année à l’autre. Cela dépend des virus qui circulent, mais aussi de la météo, des mouvements de population… « Dans la plupart des épidémies saisonnières, un à trois millions de Français sont touchés chaque hiver, mais cela peut aller jusqu’à 10 millions, explique le Dr Anne Mosnier, coordinatrice nationale du Réseau des Groupes Régionaux d’Observation de la Grippe (GROG). Ces chiffres sont des extrapolations à partir des observations réalisées par les médecins de premier recours qui participent aux réseaux de surveillance que sont les GROG et le Réseau Sentinelles. » Il existe aussi une surveillance dans les services hospitaliers de réanimation. En effet, il ne faut pas perdre de vue que la grippe est une maladie mortelle. C’est même la deuxième cause de mortalité par maladie infectieuse en France avec 2 000 à 4 000 morts chaque année, essentiellement des personnes âgées et/ou fragiles.

Lire en pdf

Les commentaires sont fermés