“Accueillir des patientes handicapées, c’est s’adapter au cas par cas”

Juin 2016 – Profession sage-femme n°226 /

psf226

Faciliter le séjour des mères handicapées, tel est l’objectif de la maternité de la clinique Sainte Anne de Strasbourg qui a réalisé récemment des aménagements dans ses locaux et mis en place des staffs dédiés à ces patientes. Pour y parvenir, l’équipe s’est appuyée sur l’expérience unique de l’Institut Mutualiste de Montsouris (Paris), et a travaillé en partenariat avec l’Association des Paralysés de France.

Interview de Chantal Mathis (sage-femme, coordinatrice générale)
et David Sogne (sage-femme cadre, responsable de service)
Maternité de la Clinique Sainte Anne, Groupe Hospitalier Saint Vincent
Rue Philippe Thyss 67085 Strasbourg CEDEX

Racontez nous la genèse de ce projet…
Chantal Mathis : À l’été 2013, Christophe Matrat directeur de la Fondation Saint Vincent, est entré en contact avec l’Association des Paralysés de France (APF), afin de développer un accueil spécifique pour les mères handicapées. Nos équipes se sont tout de suite montrées motivées par ce projet ! Des travaux allaient bientôt être réalisés dans nos locaux, c’était donc l’occasion. Dès le mois de septembre, notre direction s’est rendue à l’Institut Mutualiste de Montsouris, à Paris, pour rencontrer notamment Béatrice Idiard-Chamois, la première sage-femme en France à avoir créé une structure dédiée aux femmes handicapées, et Edith Thoueille, directrice du service de guidance périnatale et parentale pour personnes en situation de handicap (SAPPH) de la Fondation hospitalière Sainte-Marie.

Quand avez-vous commencé à vous y impliquer ?
C. M. : 6 mois plus tard, avec David Sogne, Brigitte Bacquez (responsable de la clinique Sainte Anne) et des représentants d’APF Alsace, nous avons fait la même visite à Montsouris ainsi qu’à l’Institut du Puériculture, avec une volonté d’être encore plus concret : voir quels travaux allaient devoir être faits, envisager la charge de travail pour le personnel, l’organisation nécessaire… En une journée, il a fallu aborder toutes les questions qui allaient se poser à nous, et par lesquelles Montsouris était déjà passé. Ils étaient très contents de nous accueillir, de nous répondre, de voir qu’une équipe en Province s’investisse dans un tel projet ! On a senti qu’ils avaient très envie d’essaimer leur savoir-faire, pour faciliter la vie de plus de mamans en situation de handicap. Par la suite, et avant que les travaux ne commencent, l’équipe de Montsouris est venue chez nous à Sainte Anne, pour nous aider à réfléchir aux adaptations qui allaient être nécessaires dans nos locaux.

Concrètement, quels travaux ont été réalisés ?
David Sogne : Il s’agit d’abord de travaux d’aménagement pour faciliter l’accès général du bâtiment, qui sont de toutes façons légalement obligatoires. Plus spécifiquement, nous avons adapté une chambre : au niveau de la salle de bain par exemple, une salle de douche de plein pied a été construite, avec un fauteuil de douche. Un miroir inclinable a été posé, afin de s’adapter à n’importe quelle hauteur de fauteuil , on a aussi prévu des rangements à différentes hauteurs avec des portes coulissantes plutôt que battantes, ou sans porte. Le passage entre la salle de bain et la chambre a été élargi pour permettre le passage d’un fauteuil. Les patères et interrupteurs ont été abaissés. Dans la chambre, nous avions déjà un lit électrique. Mais lorsqu’on accueille une patiente handicapée, on adapte le matelas pour proposer un matelas à air qui permet de réduire le risque d’escarres. Une table à langer à hauteur variable avec baignoire intégrée pour la toilette du bébé, a été installée. Nous disposons dans notre maternité de berceaux Kododo (avec une porte latérale sécurisée, permettant le contact direct avec le lit de la mère, ndlr). En cas de besoin, nous louons un lève-personne et un verticalisateur. L’ensemble de ces travaux ont été finalisés en septembre 2014.

…/…

psf226article

Les commentaires sont fermés