Grossesse et substituts nicotiniques

Le foetus, la nicotine et les patchs

La nicotine bouleverse une partie du développement cérébral du foetus en désensibilisant des récepteurs aux neurotransmetteurs. Faut-il dès lors remettre en question l’usage de substituts nicotiniques chez les femmes enceintes ?

Quelles sont les conséquences pour le foetus d’une exposition chronique au tabac ? La nicotine se fixe sur certains récepteurs à l’acétylcholine, l’un des principaux neurotransmetteurs de l’organisme. Elle a notamment une forte affinité avec des récepteurs présents dans le système nerveux central, dont la particularité est de contenir une sous-unité appelée 2. Pour comprendre l’importance de cette affinité particulière, une équipe, dirigée par Jean-Pierre Changeux, de l’Institut Pasteur à Paris, et Hugo Lagercrantz, du Karolinska Institute à Stockholm, a comparé des souriceaux n’exprimant pas la sous-unité 2 à d’autres exposés à la nicotine pendant la gestation [1]. Objectifs : évaluer la croissance intra-utérine, les réflexes respiratoires après la naissance et en particulier la réponse à un manque d’oxygène passager stress hypoxique.

Lire la suite…

Les commentaires sont fermés