Le botulisme guette aussi les chevaux

Cheval Magazine n°389 rubrique Vétérinaire – août 2004

Si le botulisme est plus souvent lié à l’ingestion de viande contaminée, cette maladie potentiellement mortelle peut aussi toucher des herbivores comme les bovins et les chevaux. Elle est même de plus en plus fréquente. En cause : la qualité du fourrage et de l’ensilage.

Le botulisme est une infection alimentaire qui touche de plus en plus d’herbivores comme les chevaux. Bien que les cas soient encore rares, cette infection ne doit pas être prise à la légère car elle peut rapidement conduire à la mort de l’animal. Lié au mode d’alimentation utilisant le fourrage ou l’ensilage, le botulisme frappe souvent durant les intersaisons.

Le botulisme est provoqué par les toxines* des bactéries Clostridium botulinum. Ces bactéries, proches cousines de celles qui provoquent le tétanos, prolifèrent dans des milieux sans oxygène, on dit qu’elles vivent en anaérobies. On les trouve fréquemment dans les sols et dans les déchets végétaux où elles peuvent survivre très longtemps si les conditions de température et de pH* leurs sont favorables. Mais elles se développent aussi très bien dans les cadavres animaux. Il existe plusieurs types de contamination chez le cheval. Elle peut avoir lieu avec du fourrage souillé avec de la terre et qui a été mal conservé. Ainsi, du foin mal séché ou des balles de fourrage peuvent contenir des bactéries C. botulinum. Il en va de même avec l’ensilage lorsque celui-ci est conservé hermétiquement et que la fermentation n’est pas complète. Un autre type de contamination vient de la présence de cadavres de petits animaux dans le fourrage. Dans ce cas, le mode de fauche peut être en cause. En effet, les faucheuses travaillent de plus en plus près du sol et happent notamment des rongeurs ou des oiseaux dont le tube digestif peut contenir un peu de bactéries. Une fois ces animaux morts, ils offrent un milieu particulièrement propice à la prolifération des bactéries.

Beaucoup plus rarement, on rencontre des cas dits de botulisme du nourrisson. « Chez les poulains de moins de dix mois, le système digestif n’est pas encore mature pour se protéger contre les bactéries. L’ingestion d’un aliment contaminé, comme le miel par exemple, peut alors provoquer une grave infection », explique Piet Deprez, spécialiste à l’Université de médecine vétérinaire de Gand, en Belgique. Enfin, certains cas de botulisme par blessure ont été observés. Ainsi l’année dernière aux Etats-Unis, des chercheurs ont décrit le cas d’un étalon contaminé lors de sa castration, probablement à cause d’une mauvaise hygiène. Rappelons que le botulisme étant une infection alimentaire, en aucun cas il ne peut se transmettre directement entre chevaux…/…

2004_mag_botuslime

 

Les commentaires sont fermés