Résistance aux antibiotiques

Patrice Nordmann : « D’inquiétantes multirésistances »

À la fin 2003, une bactérie du type Acinetobacter baumannii multirésistante aux antibiotiques touche une vingtaine d’hôpitaux français. Un an auparavant, les États-Unis avaient connu le premier cas de staphylocoque doré résistant à la vancomycine, l’« antibiotique du dernier recours ». Des médecins américains lèvent le voile sur le mécanisme d’acquisition de cette résistance [1].

La Recherche : Que nous révèle cette étude ?

Patrice Nordmann : Chez un patient atteint d’un ulcère au pied, une souche résistante d’entérocoques s’est vraisemblablement trouvée directement en contact avec des staphylocoques. Or, chez les bactéries, la résistance aux antibiotiques est due à un phénomène génétique, et il arrive que des gènes de résistance soient mobiles : on les appelle alors gènes sauteurs, ou transposons.

Les commentaires sont fermés