Trop mangé, trop bu… Que faire ?

Hors-série 60 millions de consommateurs – hiver 2016 /

60M-reveillon

J’ai trop mangé
Qu’on l’appelle indigestion, crise de foie, ou plus scientifiquement, dyspepsie, elle est souvent associée aux lendemains de fête. Voici quelques conseils pour qu’elle ne soit plus qu’un mauvais souvenir.

Lourdeur d’estomac, douleurs abdominales, ballonnements, flatulences, bouche pâteuse, remontées acides… Si les symptômes varient selon les individus, ils sont en général l’expression d’une digestion difficile après un repas copieux. Ils sont dus à une sollicitation accrue de l’appareil digestif par une quantité importante de nourriture à digérer et/ou parce que celle-ci est trop riche. Foie, pancréas et vésicule biliaire sont hyper sollicités, l’estomac et les intestins sont remplis plus que d’habitude : c’est douloureux et cela fonctionne difficilement !

Mettre l’appareil digestif au repos

Le plus important est donc de diminuer leur charge de travail. Mais pas question de se mettre à la diète pour autant. Il est important de bien s’hydrater et de maintenir quelques apports énergétiques. Concrètement, il faut manger des repas légers, c’est-à-dire en petites quantités, répartis tout au long de la journée. Et privilégier les aliments les plus faciles à digérer : optez par exemple pour un bouillon ou une soupe de légumes, quelques féculents (riz blanc, pommes de terre…), ou des fruits et légumes pauvres en fibres (purée de carottes ou compote de pommes bien cuites, bananes pas trop mures). Attendez un ou deux jours avant de consommer à nouveau des plats riches (frits ou en sauce par exemple) et des crudités, qui sont plus difficiles à digérer en raison de leur teneur en matières grasses pour les premiers, et en fibres pour les secondes.

Médicaments : une efficacité non prouvée

Beaucoup de médicaments ont comme indication la digestion difficile. Cependant la Haute Autorité de Santé (HAS° les considèrent en majorité comme ayant un service médical rendu insuffisant, car ils n’ont pas apporté la preuve suffisante de leur efficacité. On peut tout de même miser sur un éventuel effet placebo ! Il s’agit par exemple de citrate de bétaïne, d’arginine (attention ils contiennent aussi du parahydroxybenzoate de méthyle, ou E218, éventuellement être à l’origine de réactions allergiques), d’Oxyboldine, de Digedryl ou Maalox Digestion Difficile (à ne pas utiliser de façon prolongée, car ils contiennent du sulfate de sodium, ou E514, qui peut provoquer des diarrhées). L’argile et le charbon, sous forme de poudre ou de comprimés, sont aussi indiqués, avec les mêmes réserves quant à la preuve de leur efficacité.

Il est déconseillé de prendre de l’aspirine ou tout médicament en contenant (comme le fameux Alka Seltzer du lendemain de fête !), car le principe actif, l’acide acétylsalicylique, peut entraîner des effets secondaires digestifs. C’est aussi le cas des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) type ibuprofène. Si vous souhaitez soulager des douleurs, utilisez plutôt du paracétamol, sans conséquences digestives.

…/…

Les commentaires sont fermés