Dossier : Ostéoporose, s’en préoccuper tôt pour vieillir sereinement. FRM#103

Dossier sur l’ostéoporose paru dans Recherche & Santé n°103
La revue de la Fondation pour la Recherche Médicale – juillet 2005

untitled

EXTRAIT :

L’os est une matière vivante à laquelle il convient de faire attention. L’ostéoporose serait ainsi responsable d’une fracture toutes les 20 secondes en France ! Cette la maladie des os poreux est devenue dès lors un véritable enjeu de santé publique.

L’os n’est pas une brique inerte, c’est une matière vivante en perpétuel remodelage. Grâce à un équilibre entre démolition et reconstruction, chaque année, 10 % de notre charpente osseuse est renouvelé. Ce mécanisme est indispensable pour maintenir les qualités mécaniques et métaboliques de notre squelette. Mais le temps passant, son fonctionnement se dégrade et survient alors l’ostéoporose, littéralement : la maladie des os poreux.

Deux acteurs cellulaires dans ce remodelage : les ostéoclastes, chargés de la destruction de l’os ancien (résorption), et les ostéoblastes qui agissent en comblant les trous creusés, notamment grâce au calcium (voir schéma pXX). Au cours de notre vie, ces deux types de cellules interviennent plus ou moins. On distingue ainsi trois étapes : la phase de croissance, jusqu’à 20 ans environ, où la formation osseuse est plus importante que la résorption. C’est pendant cette période que se constitue notre capital osseux. Vient ensuite l’âge adulte, où les deux phénomènes se compensent. Puis la phase de perte osseuse à partir de 50 ans, où le squelette perd de 0,5 à 1 % de sa densité par an, parce que les ostéoblastes ne compensent plus la résorption. Chez les femmes, ce phénomène s’accélère après la ménopause.

« L’ostéoporose est une maladie caractérisée à la fois par une diminution de la densité osseuse et des anomalies de l’architecture de l’os, explique le Pr. Maurice Audran, chef du service rhumatologie du CHU d’Angers. Comme la mesure de la densité étant aujourd’hui la plus simple à effectuer, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a proposé une définition de la maladie en fonction de la baisse de la masse osseuse. » On distingue ainsi 3 stades : l’ostéopénie, qui est un abaissement de la densité, sans symptômes apparents, l’ostéoporose sans fractures, et enfin l’ostéoporose avérée, caractérisée par la survenue d’une ou plusieurs fractures. « Une définition qui devrait bientôt être révisée par l’OMS, car on y adjoindra la notion de facteurs de risque associés », précise le Pr Audran.

Lire en pdf

Les commentaires sont fermés