Ils deviennent les yeux de leur maître

Santé Magazine n° 468 – décembre 2014 /

Chaque année en France, environ 180 chiens-guides sont remis à des personnes déficientes visuelles. Sans les écoles spécialisées et le travail réalisé pendant plus d’un an par les éducateurs avec chaque chien, ce serait impossible. En Seine-et-Marne, une telle école existe depuis près de 40 ans.

Reportage photo : Cyril Entzmann

À Coubert (77), la rentrée scolaire a lieu dès l’âge de 2 mois. Des élèves un peu particuliers, à poils et à 4 pattes, intègrent en effet l’École des chiens-guides d’aveugles d’Île-de-France. Ici, ils vont nouer des liens étroits avec l’homme, et surtout apprendre à effectuer une cinquantaine d’actions afin d’aider un déficient visuel dans ses déplacements quotidiens.

Ce matin, Jupiter, un petit labrador noir rencontre pour la première fois Axelle Witz, éducatrice. « À la sortie de leur élevage, les chiots passent 3 semaines à l’école et rencontrent pour la première fois un éducateur », raconte t’elle. Axelle emmène Jupiter dans une salle qui ressemble à une crèche pour enfants : elle laisse le chiot découvrir différents modules de jeux et l’observe attentivement. « On regarde s’il est plutôt curieux ou craintif. On juge sa sensibilité auditive et visuelle, son aisance à se déplacer… » Si l’éducatrice repère une difficulté particulière, par exemple un chien qui a peur du bruit, elle va l’aider à prendre confiance, le désensibiliser. Avec Jupiter, pas de souci, « il est très curieux, c’est la meilleure des qualités à cet âge ! » Durant ce séjour, le chiot va aussi faire des sorties en ville avec son éducatrice, découvrir les bruits, la foule… Puis il sera confié à une famille d’accueil.

C’est le cas de Jimba, une femelle colley à poil court de 6 mois, accueillie par Claudine Amé : « c’est mon 5ème élève chien-guide. Pour moi, être famille d’accueil, c’est un don plus concret que de l’argent. C’est toujours un peu difficile de se séparer des chiens quand ils rejoignent l’école à l’âge d’un an. Mais je me console en accueillant un nouveau chiot », avoue t’elle. Durant ces 9 mois en famille d’accueil, chiot et maître temporaire viennent à l’école au moins deux fois par mois : « nous évaluons les progrès du chien, la survenue d’éventuelles difficultés, et aidons les familles à accompagner au mieux les premiers apprentissages », explique Axelle. Car il s’agit aussi de participer à son éducation. « Je l’emmène partout avec moi, dans les commerces, dans les transports en commun, aux concerts », raconte Claudine. Et l’éducatrice de préciser « l’objectif est que le jeune chien se sociabilise et découvre une grande richesse de situations et d’environnements ». Les ordres de base sont aussi enseignés : « assis, couché, attends, fais tes besoins… » Durant cette période, les chiens portent un dossard précisant qu’ils sont élèves chiens-guides. Depuis mars 2014, la loi française précise en effet qu’ils ont les mêmes droits qu’un chien-guide en activité, à savoir d’entrer dans tous les lieux publics. « Je suis parfois obligée de le rappeler à certains magasins, regrette Claudine. En quelque sorte, je forme aussi la société à accepter ces chiens ! »

…/…

 

chiend'aveugle_2014

Les commentaires sont fermés