Le tétanos, une maladie à prendre au sérieux

Cheval Magazine n°419 rubrique Vétérinaire – décembre 2006  

Grâce aux progrès de la prophylaxie, le tétanos est devenu une maladie très rare tant pour le cheval que pour l’homme. Mais les risques sont toujours les mêmes, et chaque année des chevaux non vaccinés meurent parce qu’ils n’ont pu être soignés à temps.

Le tétanos peut toucher tous les mammifères. Cependant, l’homme et surtout le cheval semblent être les espèces plus sensibles à cette maladie qui peut-être mortelle. Il est ainsi très rare que des chiens soient atteints. Cette pathologie est connue depuis très longtemps : 400 ans avant J.C, le célèbre Hippocrate en dressait la première description. Son nom vient du grec et signifie rigidité.

Le tétanos n’est pas une maladie contagieuse, elle ne se transmet pas d’un individu à l’autre et encore moins d’une espèce à l’autre. La seule façon d’être contaminé est que l’agent pathogène responsable pénètre sous la peau ou dans une muqueuse à l’occasion d’une blessure. Or pour un cheval et son cavalier, l’occasion de se blesser, même très légèrement, sont très nombreuses ! Pour contracter le tétanos, les occasions ne manquent pas. C’est pourquoi un seul mot d’ordre compte : vaccinez régulièrement votre cheval contre le tétanos, même si cela n’est pas obligatoire, et n’oubliez pas de vous faire vacciné vous aussi ! C’est le seul moyen pour garder l’esprit tranquille.

À l’origine du tétanos se trouve une bactérie appelée Clostridium tetani qui vit dans les sols riches en matière organique, où elle peut résister à la sécheresse pendant des années, mais aussi dans l’intestin de l’homme ou de l’animal où elle prospère sans provoquer aucun signe de la maladie. Cette bactérie ne se développe qu’en anaérobie, c’est-à-dire en l’absence totale d’oxygène. Elle contamine son hôte à l’occasion d’une blessure qui va lui permettre de pénétrer sous la peau. Cette blessure peut être minuscule et ne pas se remarquer. Chez l’homme, il peut s’agir d’une simple piqûre d’épine de rose ! Une fois dans la plaie, la bactérie peut se multiplier très rapidement et se met alors à produire une toxine* appelée tétanospamine. C’est cette toxine qui est responsable des symptômes que l’on observe chez les animaux contaminés. Dans le cas d’une jument pleine, la bactérie mais aussi la toxine qu’elle secrète sont capables de contaminer le poulain via le cordon ombilical…/…

2006_mag_tetanos

 

Les commentaires sont fermés