Tchernobyl et les modèles épidémiologiques

Corinne Castanier : « Créer un modèle “Tche rnobyl” en épidémiologie »

Le bilan de l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl a été revu à la hausse par le Centre international de recherche sur le cancer CIRC. L’accident pourrait faire 16 000 victimes.

La Recherche : En septembre dernier, huit institutions des Nations unies estimaient le bilan de Tchernobyl à 4 000 victimes. Le CIRC en annonce quatre fois plus. Comment expliquer cette disparité ?

Corinne Castanier : Ces études ne concernent pas les mêmes populations. Le CIRC a évalué le nombre de décès par cancers liés aux retombées radioactives dans l’Europe entière. En revanche, la première étude s’est concentrée sur les zones fortement contaminées, en Biélorussie, Russie et Ukraine. En dehors de cette différence, ces études estiment le nombre de morts de la même manière, en utilisant un modèle établi à partir des observations réalisées à Hiroshima et Nagasaki, mieux connu sous le nom de « Life Span Study ». Ces dernières ont permis de faire un lien entre dose de radiations reçue par mètre carré et nombre de décès par cancers supplémentaires dans la population.

Lire la suite…

Les commentaires sont fermés