Les vertus du lait de jument

Cheval Star n°270 rubrique savoir – mars 2014

Pour tous les mammifères, c’est l’aliment essentiel des premiers mois. Mais le lait de jument n’intéresse pas que le poulain, et nous aussi, nous profitons de ses avantages !

La splendeur de Cléopâtre a traversé les siècles et même les millénaires. Parmi ses secrets de beauté, on raconte que la reine égyptienne prenait régulièrement des bains au lait d’ânesses ou de juments. Aujourd’hui, on redécouvre les bienfaits de ce liquide naturel et l’on trouve de plus en plus de savons, crèmes et autres produits de beauté fabriqués à partir de lait de jument.

Mais il ne faut pas oublier que lait est avant tout l’aliment principal des petits mammifères. D’ailleurs ils partagent tous le même instinct vital : dans les heures qui suivent leur naissance, le petit homme, le souriceau, le baleineau ou le poulain se dirigent tous, plus ou moins facilement, vers les mamelles de leur mère pour y trouver ce liquide vital. Les premières tétées, c’est avant tout du colostrum que le bébé mammifère absorbe. Il s’agit d’un lait particulier, très épais, jaunâtre et extrêmement nourrissant. Il permet au système digestif de se mettre en route, et ainsi le poulain pourra faire ses premiers crottins quelques heures plus tard. Ce colostrum contient aussi des éléments indispensables pour protéger le petit contre les maladies, tant que celui-ci n’a pas encore fabriqué son propre système immunitaire. Puis il est remplacé par le lait, qui apporte la matière grasse, les protéines, les vitamines et les minéraux, dont le précieux calcium, indispensables à la croissance du petit. Les premières semaines, le poulain va ainsi absorber plusieurs litres de lait chaque jour, revenant téter sa mère des dizaines de fois. Progressivement, il va ensuite diversifier son alimentation et commencer à absorber des végétaux. Jusqu’au sevrage, où il n’aura alors plus besoin du lait de sa mère.

Parce que le lait de jument ressemble beaucoup au lait humain, et qu’on lui prête de nombreuses vertus esthétiques, il se développe aujourd’hui des élevages de chevaux dont le seul but de produire du lait. Pour cela, il faut que les juments se reproduisent, c’est à dire qu’elles donnent naissance à un petit chaque année. En effet, tout comme la vache ne produit de lait que si elle a un veau, il faut que la jument ait un poulain pour qu’elle donne du lait. La traite a lieu deux à cinq fois par jour : le poulain est éloigné de sa mère, et pendant quelques minutes une machine permet de traire la jument (ce n’est pas tout à fait la même machine que pour les vaches, car la jument n’a que deux mamelles et non quatre pis comme la vache). Pour l’instant ces laiteries équines sont plutôt artisanales, mais si l’enthousiasme se développe pour le lait de jument, on risque de voir de plus en plus d’élevages industriels. Pas sûr alors que le bien être des juments et de leurs poulains soient respectés…

2014_Star_lait

Les commentaires sont fermés