10 préceptes pour résister à l’hiver

Sciences & Avenir n°840 – février 2017 /

Extrait du dossier :

Varié et équilibré, tu mangeras
Fruits et légumes sont les alliés indispensables de notre santé. C’est d’autant plus important en hiver pour affronter les infections. Par leur apport en vitamines et en oligo-éléments, ces végétaux boostent en effet notre immunité naturelle, et les fibres qu’ils contiennent sont indispensables au bon fonctionnement du microbiote intestinal, lui aussi impliqué dans notre système de défense. L’idéal, ce sont les produits de saison, frais et locaux, dont la teneur en vitamines reste importante. Pour compléter, n’hésitez pas à consommer des fruits secs et à varier les huiles végétales qui apportent des acides gras essentiels et des antioxydants. Pensez aussi aux fruits de mer qui regorgent d’oligo-éléments et ont l’avantage d’être très peu caloriques ! Quand aux plats roboratifs de l’hiver, en sauce et/ou très gras, rien ne sert de s’en priver, il suffit juste d’ajuster en conséquence vos autres repas pour maintenir une alimentation équilibrée. Enfin rappelez-vous que grâce au confort moderne (chauffage et transport), il est inutile de manger plus en hiver !
ATTENTION ! L’alcool, en favorisant la dilatation des vaisseaux sanguins, masque les effets du froid, et peut donc augmenter le risque d’hypothermie et d’engelures.

Suffisamment, tu dormiras
De plus en plus d’études montrent qu’un sommeil de mauvaise qualité ou en quantité insuffisante augmente la vulnérabilité aux infections. Une seule nuit blanche suffirait même à déstabiliser le système immunitaire ! Pour mettre toutes les chances de votre côté contre les épidémies hivernales, il est donc important de bien dormir. C’est aussi valable si vous vous faites vacciner contre la grippe : en effet, d’après des chercheurs de l’Université de Tübingen (Allemagne), le sommeil lent profond renforcerait la mémoire immunitaire tout comme il renforce la mémoire intellectuelle ! Enfin, si vos nuits sont de mauvaise qualité, n’oubliez pas qu’une sieste de 20 à 30 minutes dans la journée, de préférence après le repas de midi, peut être aussi profitable pour l’organisme qu’un cycle de sommeil nocturne de 60 à 90 minutes.

Les extrémités, tu protègeras
En hiver, les extrémités sont très vulnérables : soumis au froid, les vaisseaux sanguins se rétractent et la circulation sanguine ralentit. Le risque, c’est l’engelure. De bons gants, des chaussettes chaudes et des chaussures pas trop serrées sont nécessaires pour se protéger. Sans oublier la tête : le corps peut perdre jusqu’à 30 % de sa chaleur au niveau du crâne et du cou ! Si votre chevelure n’est pas très importante, le chapeau est indispensable. Quant à l’écharpe, elle permettra, en plus, en recouvrant la bouche et le nez, de réchauffer l’air inspiré, et de protéger ainsi l’appareil respiratoire. Pour le reste du corps, l’idéal c’est la règle des trois couches : la première, au contact de la peau, doit être légère et respirante, la deuxième maintient au chaud, et la dernière, a une fonction coupe vent et imperméable.
ATTENTION ! Certaines maladies chroniques comme l’insuffisance cardiaque, le diabète, ou l’hypothyroïdie augmentent les risques liés au froid (hypothermie et engelures).

Les commentaires sont fermés