12 conseils anti fatigue

Sciences & Avenir n°837 / novembre 2016

sa-nov2016-1

 

Extrait du dossier “anti-fatigue”

« La sieste, utile en mer et à terre ! »
Stéphane Le Diraison
Skipper du bateau « La Compagnie du Lit – Boulogne-Billancourt »

Vous prendrez le départ du prochain Vendée Globe le 6 novembre, comment vous êtes vous préparé quant au sommeil ?
Après plusieurs années de courses en mer, je connais bien mes besoins en sommeil ! Pour cette épreuve particulière, 3 mois seul autour du monde et sans escale, j’ai fait appel à un médecin spécialiste. Il a d’abord analysé mon sommeil à terre. Puis nous avons travaillé ensemble pour réduire et fractionner mon temps de repos. En parallèle, un préparateur mental m’a aidé à développer des techniques d’endormissement rapide, basées sur la respiration et les images mentales : par exemple je pense à des vagues qui montent et descendent sur le sable, et je cale ma respiration dessus.

Et la gestion du stress ?
Là aussi en travaillant sur la respiration, et l’ancrage positif lié à une posture : il s’agit d’associer une position particulière, pour moi c’est assis avec les mains posées sur les cuisses, à un moment de détente physique et mentale. En mer, je vais aussi essayer de faire 10-15 minutes de méditation chaque jour.

Quel rôle joue l’alimentation ?
Le sommeil est fractionné, donc l’alimentation aussi : en 24h, je prends 3 repas et 3 collations. Cela réduit le risque de somnolence lié à la digestion de repas trop importants. La nuit, pour limiter le coup de fatigue, je privilégie les protéines. Le matin, les sucres lents, pour tenir toutes la journée, et avant une grosse manœuvre, des sucres rapides pour le coup de boost ! Par ailleurs je ne bois ni café ni thé, car comme tout excitant, ils provoquent après coup une baisse de vigilance.

Une bonne habitude prise en mer que vous conservez à terre ?
La sieste bien sûr ! Avec une sieste de 10 à 15 min, je gagne facilement un cycle de sommeil nocturne de 1h30.

Les commentaires sont fermés